Appel contre l‘incitation à la haine, contre les discriminations et pour une société plus solidaire

Chers collègues, Mesdames et Messieurs: #KlappeAuf
Nous, un groupe de cinéastes, souhaitons aujourd’hui exprimer notre profonde inquiétude face à l’état de notre pays et appeler à agir ensemble.

« Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic: on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps l’effet toxique se fait sentir.“

Cet avertissement clairvoyant de Viktor Klemperer est plus actuel que jamais.

Depuis de nombreuses années, le FPÖ, rejoint entre temps par des politiciens d’autres partis, injecte, avec le soutien des tabloïds, du poison dans notre société. Par le biais d’Internet et des réseaux sociaux, il se répand rapidement.

C’est le poison de la peur, de la jalousie et de la haine.
Le poison des préjugés et de la calomnie.
Le poison de la division de notre société selon un schéma ami-ennemi:
„nous“, les bons et les „autres“, les méchants, „nous“, les victimes et les „autres“, les coupables.

Ils le font dans un langage qui vise à rendre toutes les formes d’intolérance socialement acceptables et qui offre ainsi un terreau propice à la violence.
L’ÖVP, le parti conservateur partenaire de la coalition, tolère ce langage et l’utilise à des fins politiques.

Il ne suffit pas de définir l’antisémitisme et le racisme comme étant la ligne rouge à ne pas franchir, ainsi que le chancelier et le vice-chancelier viennent de le faire.
Ce sont de belles paroles qui sont dévoyées afin d’adopter une posture morale tout en montant différents groupes de personnes les uns contre les autres pour en tirer un profit politique.

Que l’on doive cesser toute coopération avec des membres de confréries d’extrême-droite est une évidence.

Malheureusement pas en Autriche.

Nous exhortons donc le chancelier ainsi que tous les membres ÖVP du gouvernement, à cesser immédiatement toute coopération avec tous les membres des confréries et autres organisations d’extrême-droite!

La ligne rouge doit être plus largement définie.
Notre société doit protéger toutes les personnes qui sont attaquées
en raison de leur religion, de leur origine, de leur orientation sexuelle,
de leur sexe ou de leur position sociale et rappeler à l’ordre tous ceux qui les attaquent.

Cette ligne rouge est franchie quotidiennement.

La politique et les tabloïds ont une grande part de responsabilité.
Ce double jeu doit cesser! Il ne sert qu’à blanchir leur image.

Nous exhortons à cesser toute campagne de dénigrement.

Et nous exhortons à plus de solidarité.

Hier c’était les demandeurs d’asile et les réfugiés qui étaient pris pour cible, aujourd’hui ce sont aussi les chômeurs et les RMIstes.

Hier on parlait de réfugiés économiques, d’étrangers violents et nuisibles.
aujourd’hui on parle également de parasites sociaux, de fraudeurs professionnels“.

Et demain?

A qui le tour, demain?

A qui profite cette désolidarisation?

Chers collègues, Mesdames et Messieurs,

Le coeur et l’esprit sont nos forces motrices. L’empathie et l’esprit d‘analyse aussi.

C’est pour ça que les gens vont au cinéma depuis plus de 100 ans.
Pour avoir des émotions. Pour comprendre.

Et nous, les cinéastes et le public, ne laisserons personne nous en priver!

Résistons!
Debout!